DOSSIER : La suite des 8 conseils pour plus de performances des porcelets dès la naissance - Partie 2.

Temps de lecture : 5 min.
Suite du dossier d'RV-Biotech publié en décembre dernier sur nos 8 conseils pour plus de performances des porcelets dès leur naissance.

5. Pratiquer le sevrage précoce pour garantir un environnement adapté aux besoins des porcelets

Lorsque les portées sont nombreuses, une stratégie de sevrage précoce peut être adoptée ; stratégie demandant une grande rigueur sous peine d’échec : 

  • Première option : placer les porcelets dit surnuméraires en nurserie à partir de huit à dix jours d’âge dans une ambiance dédiée et adaptée. Une température bien chaude et une salle bien ventilée sont les facteurs pour un sevrage précoce réussi. Sans l’accès au lait maternel, la distribution de l’aliment est alors primordiale : du lait concentré en quantité adaptée et à distribution précise. Prévoir une distribution toutes les heures afin de susciter la faim tout en garantissant la bonne ingestion des nutriments contenus dans le lait ;
  • Seconde option : pratiquer l’adoption en conservant en maternité une ou plusieurs truies ayant déjà mis-bas lors d’une bande précédente. Cette méthode, beaucoup utilisée au Danemark, demande de la place, mais elle permet de diminuer le nombre de porcelets par truie et ainsi de garantir la bonne appropriation des espaces de vie à savoir : couchage, alimentation, abreuvement, déjection et jeu. 

6. Distribuer du lait en maternité pour réduire la variabilité du poids des porcelets dans une même bande

         

Pour les portées les plus nombreuses, l’utilisation de lait complémentaire aux nutriments adaptés permet de réduire de façon significative la variabilité de poids entre les porcelets d’une même portée. En d’autres mots, plus l’écart se resserre entre le plus petit des porcelets et le plus costaud, plus il sera facile de conduire la bande et ce, tout en garantissant une bonne disponibilité des salles.

Le second intérêt de la distribution d’aliment liquide en maternité c’est qu’il permet au porcelet de consommer plus de nourritures sèches avec comme bienfait un poids amélioré au sevrage. Un poids qui continuera de se multiplier au fil du temps : 100 grammes de plus au sevrage c’est l’assurance d’atteindre plus rapidement le poids optimal. 

7. Pratiquer la sociabilisation en maternité pour réduire l’agressivité des porcelets au sevrage

Dans une démarche zéro stress et pour optimiser la croissance, la prise alimentaire et le bien-être des porcelets, la pratique de la sociabilisation a obtenu des résultats encourageants selon divers essais terrain. Le concept est le suivant, au cinquième ou sixième jour de vie, la méthode propose d’ouvrir les cases, ou les trappes préalablement installées entre les cases de mise-bas. L’objectif est de permettre aux porcelets de se rencontrer et de faciliter la période de sevrage qui représente le plus haut stress que subit le porc dans sa vie. Certaines études montrent une meilleure homogénéité des portées, un poids moyen en sortie de maternité supérieur face au groupe témoin. Au-delà, les essais démontrent une réduction importante du nombre et de la sévérité des griffures mais aussi, des interactions négatives entre les porcelets en post-sevrage. D’autres sont moins affirmatives au regard du poids des porcelets au sevrage mais toutes s’accordent sur un meilleur bien-être des porcelets et d’une manière générale des animaux plus calmes.

8. Travailler à une vision globale des animaux, des bâtiments et des Hommes pour une performance optimale de la conduite de l’élevage

        

Le lien entre les caractéristiques liées aux bâtiments (une ambiance saine, disponibilité en oxygène, température adaptée, hygiène, accès à l’eau, etc.) ou encore une alimentation de précision pour les truies et les porcelets sont les véritables facteurs d’une meilleure performance.

Par exemple, avoir une truie en forme est capital pour la carrière de ses porcelets. Bien la préparer avant la mise-bas et la nourrir au plus près de ses besoins en lactation permet un meilleur poids des porcelets à la naissance, mais également un colostrum plus riche, du lait en quantité suffisante. Des facteurs qui donnent aux porcelets de plus grandes capacités à grandir. Il est nécessaire de trouver le juste équilibre dans cet environnement multifactoriel pour parvenir à un climat zéro stress.

Autre exemple, la maternité doit répondre au double challenge de gestion du besoin de températures des truies et des porcelets. Si le porcelet a besoin d’une température de 35° ses premières 48 heures, la truie quant à elle est la plus performante dans une zone de confort de 20°. Le rôle des niches intelligentes en maternité sera alors de garantir bien-être et performances aux porcelets et une meilleure lactation de la truie. Un outil gagnant-gagnant !  

Pour aller plus loin...

Le concept de la maternité liberté offrira un réel confort à la truie en lui permettant de bouger librement. Ce système décuplera ses performances en s’autorisant à modifier les pratiques et y associant des niches intelligentes et un système d’alimentation adapté. L’alimentation de précision permettra à la truie de manger à sa faim en utilisant son groin sans période de suralimentation. Au-delà des rejets inutiles, une suralimentation conduirait à une truie plus occupée à digérer qu’à prendre soin de ses porcelets.

Garantir un environnement sans stress est source de performances. Il est, cependant, plus difficile de reconnaître une ambiance sans stress que d’identifier les signes de mal-être en élevage. Il en va de l’ensemble de la philosophie et de la conduite de l’élevage et ne peut être la résultante que d’un seul facteur. Trouver le juste équilibre est un travail au quotidien et de longue haleine. Travailler petit à petit les différents leviers de performance permettront sans aucun doute de gagner en productivité. 

Dimanche Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi January February March April May June July August September October November December